Offensifs pour une Convention combative 1/3

1/3

« Quelles améliorations pour rendre notre mouvement plus efficace et répondre à nos objectifs ? »

Rappel des résultats du dépouillement que j’ai effectué (article complet ici) 
Résultats Démocratie
Plus de démocratie pour LFI 51,90%
Satisfaits de la structuration actuelle 9,20%
Indécis 5,50%
NSP 33,30%

Résultats du financement

Financement des GA oui 27,30%
Accord avec la situation actuelle 2,20%
NSP 70,50%

Je me suis frotté les yeux, lorsque j’ai pris connaissance de la version officielle ! En effet, il n’y a pas une seule fois le mot ‘démocratie’ dans le texte de synthèse, pas une seule fois, alors que ‘Démocratie’ ou ‘démocratiser’ apparaissent 119 fois sur les 203 contributions… Et ça n’est pas tout :

        • « Un vaste consensus se dégage au sein des insoumis·es pour saluer l’utilité de la plate-forme et la renforcer » : pour avoir longuement lu et relu les 203 contributions, je peux affirmer que cette question est loin d’avoir été évoquée, ne serait-ce que majoritairement… par contre, effectivement les boîtes à idées sont plébiscitées.

        • « Les contributions approuvent largement les différents votes organisés sur la plate-forme : campagnes, liste pour élections européennes, etc. » : en vérité, il ressort que ces formes de consultation sont appréciées, mais il est aussi fait remarqué que lors des Conventions, ce qui est considéré comme un vote, ne l’est pas vraiment puisqu’il n’y a pas de propositions alternatives et qu’il n’est pas possible de rejeter tel ou tel passage d’un texte puisque le vote porte sur la totalité. Ce dernier aspect est fortement minimisé dans la synthèse car formulé ainsi : « Certaines souhaitent faire évoluer les votes : en dépassant le vote oui/non proposé lors de certaines consultations ou en augmentant leur régularité sur la plate-forme. »

          • « Certaines contributions souhaiteraient qu’elles évoluent [ndlr : les boîtes à idées] en permettant d’approuver ou de commenter des contributions précédentes. » : alors qu’il s’agit d’une question fondamentale qui est que la communication soit pôssible entre les membres du mouvement et entre les GA. Ainsi, tout un chacun pourrait aussi quantifier les accords et les désaccords sur telle ou telle question. Chacun aurait la possibilité de débattre. Actuellement les boîtes à idées ne sont pas conçues ainsi puisqu’il s’agit d’une simple compilation de textes classés par ordre chronologique et sans aucun fil de discussion. De plus nombre de contributeurs expriment leur accord avec tel ou tel, sans plus de nuances et lors du dépouillement, on peut douter, à raison, de la prise en compte de ce type d’intervention !

        • «Des contributions évoquent ainsi un «national» aux contours flous dont ils récusent la légitimité. » : bel euphémisme pour évoquer discrètement les auto-proclamations à tous les niveaux qui eux ne sont pas flous puisqu’il s’agit des organismes de décisions ! Pour avoir lu toutes les contributions, le “Des” est inapproprié et cache m&al le malaise des auto-proclamés.

Au final, il apparaît que cette “synthèse” partiale n’est là que pour préparer la Convention à un vote massif en faveur de ce qui arrange la direction du mouvement et qui affichera 98,59% de votes favorables, sans dire qu’il s’agit de quelques % des supposés membres du mouvement ! Quelle honte !

Que l’on ne s’y trompe pas : cet article ne cherche pas à nuire à LFI. C’est ceux qui refusent obstinément la démocratie à l’intérieur du mouvement qui portent un grave coup à ce que nous avons construit. Le dégagisme dont ils font preuve n’est pas la bonne réponse, d’autant qu’il n’empêche personne qui le souhaite de rester Insoumis ! Par contre, malheureusement, il crée une atmosphère irrespirable et affaiblit considérablement LFI en fragilisant l’Avenir en Commun. Tout ça pour quoi ? Pour accueilleir Morel et Lienemann qui nous font déjà payer cash le prix de leur “ralliement” : le plan B est édulcoré et notre stratégie pour une Europe des Peuples n’est plus crédible et l’application de LAEC devient carrément impossible !

Les Insoumis Démocrates (les ID) ne renoncent pas : ils veulent que LFI sorte de sa gangue et que les militants aient toutes leur place. Ils veulent que les orientations de la Campagne des Présidentielles soient respectées et, si elles doivent changer, c’est aux militants de se prononcer et ça n’est pas une poignée d’auto-proclamés qui imposera sa loi !

La démocratie est u n concept universel qui doit s’appliquer PARTOUT, en particulier, à la France Insoumise.

Nous ne gagnerons pas la bataille de la démocratie, de la sixième République dans notre pays sans commencer à l’organiser dans notre Mouvement.

1/ Des responsables élus à tous les niveaux : National, Départements/Régions, GA
2/ Possiblité d’échanger au niveau horizontal pleine et entière
3/ Le choix des candidats aux élections ça se fait de la base au sommet et démocratiquement, Plus d’auberge espagnole
4/ Les militants doivent être régulièrement consultés et les Conventions Nationales annuelles doivent réguler la vie démocratique de LFI
5/ Les GA DOIVENT avoir les moyens de mener les actions qu’ils décident. Il leur faut une trésorerie dont ils disposent librement. Il n’est pas admissible qu’ils dépendent du National.
6/ Le principe de révocabilité doit s’exercer à LFI

Ces principes n’impliquent pas de nous constituer en parti. Cette argutie est un manquement à la démocratie

Je me décide à faire une seconde intervention sur ce sujet, car vraiment 1000 signes, c’est trop peu et on ne peut pas nuancer. J’espère que vous n’éliminerez pas les billets trop longs ou les doublons.

En lisant toutes les contributions, on comprend tout de suite que les militants ont besoin de parler, de proposer. Ils veulent aussi massivement être reconnus comme des adultes responsables et capables de participer pleinement aux décisions du mouvement. Cela veut dire que notre structuration doit permettre ce foisonnement d’idées et le vrai débat.

Il est donc temps que l’on s’enlève de la tête que le mot DÉMOCRATIE est un gros mot ou un mot tabou.
Jean-luc a dit :« La France insoumise est un mouvement, pas un parti. Son but n’est pas d’être démocratique mais collectif ». Ainsi donc « collectif » s’opposerait à « démocratique » ? Il faudra dépasser le côté choc de la formule pour expliquer cette singulière opposition, sauf à considérer qu’elle est bien pratique pour parvenir au but poursuivi : justifier à n’importe quel prix le refus de responsables élus.

Autre approche, toujours du même auteur : le parti, dit-il, « c’est l’outil de classe. Le mouvement c’est la forme organisée du peuple. Et pour le reste, le mouvement ne fait que des campagnes. Donc quand on nous demande où est la direction, ça peut vous paraître étrange, mais il n’y en a pas ». Me voilà rassuré puisque « le mouvement ne fait que des campagnes » ! Faut croire qu’il peut les faire, mais surtout sans rien décider… Sur la différence parti/mouvement, alors là, je suis tout à fait sur la même ligne !

Dans ce cas, il faut alors aller au bout du raisonnement : le parti c’est le PG et le mouvement LFI est ainsi « nourri » politiquement. Mais dans cette acceptation, les militants du mouvement ne sont pas seulement les acteurs de « La France insoumise (qui) doit être être un organe utile », où « les copains distribuent de la nourriture » ou « aident les gens à demander les prestations sociales auxquelles ils ont droit ». Ils sont surtout là pour écrire, après discussion, la feuille de route du PG qui sera son véritable cahier des charges. « L’organe utile », je le vois là, plutôt que de faire le boulot des travailleurs sociaux. Autrement dit : être utile n’empêche pas de penser et de faire de la politique ! Il faut aller jusque là si l’on veut bien être honnête. Et il ne s’agit ici nullement de faire de la provocation.

Dans les faits, c’est bien ce qui se passe, même si on observe que le PG a bien du mal à se situer sur son domaine… Enfin, personne ne pourra nier que c’est bien le PG qui occupe majoritairement les postes de responsabilités au sein de l’Assemblée représentative et sur les positions éligibles de la liste pour les Européennes. J’accepte ça de bon coeur, mais attention, ça ne peut pas durer des lustres et il faudra bien concevoir que le mouvement grandisse !

Pourquoi je prends le risque de déclencher un tollé en parlant aussi clairement ? Tout simplement parce que c’est la vérité à l’instant T et que ça montre clairement que l’élection de responsables dans le mouvement ne gêne en rien puisque le parti restera le PG !

Quant aux arguties autour de la loi et de je ne sais plus quoi, reconnaissons que ce sont des prétextes qui ne tiennent pas la route. J’en vois qui tiquent et ils ont raison : est-ce que cet état de fait est accepté par la majorité du mouvement ? Je suis loin d’en être certain… C’est pourquoi il faut débattre avec les bons outils dont les premiers sont la transparence et la sincérité du mouvement et de ses responsables.

Reste l’hypohèse numéro 2 : « ce que je viens d’admettre n’est pas majoritaire, ce qui implique que le parti n’est pas le PG ». Dans ce cas que se passe-t-il ? Je réponds : une assemblée constitutive du mouvement pour le mettre à jour. J’espère avoir été clair et j’ose croire que la raion l’emportera.

Autre aspect de la question : les finances. Il ne s’agit pas de soupçonner qui que ce soit de dissimultaion ou de la volonté de priver les GA de financement. Il faut, si nous voulons des actions dans les GA, que le financement n’alourdisse pas le processus, de façon à ce qu’elles entraînent le maximum de citoyens. Alors oui, débrouillons nous pour que les GA puissent avoir une trésorerie et qu’elle ne dépende pas de la générosité du national qui peut impliquer une soumission. On peut décider d’une somme reversée annuellement d’une façon équitable à tous les GA et à charge à eux de compléter en abondant leur trésorerie par des intitiatives locales.

Je concluerai en disant que j’ai accepté sans sourciller que la question de la structuration ne soit pas abordée pendant les élections présidentielles et législatives : l’urgence était ailleurs! Par contre je fais partie des Camarades qui ne peuvent pas comprendre que cette structuration pompeusement appelée auto-organistion perdure et disparaisse dans une atmosphère gazeuse.

À suivre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :