Le gouvernement a décidé de faire la guerre aux chômeurs

Face aux accusations du gouvernement “chômeurs = fraudeurs” et contre les idées préconçues, une chercheuse argumente.

Voir l’article sur “France Culture”.

La France est-elle trop généreuse avec les chômeurs ?

19/02/2019 (MIS À JOUR À 18:38)

Par Elsa Mourgues

Les idées claires |Le système d’assurance chômage est-il efficace ? C’est la question au cœur des Idées Claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et Franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l’information, des fake news aux idées reçues.

Ce début 2019 marque la dernière ligne droite pour la réforme de l’assurance-chômage. Sans accord entre les partenaires sociaux, c’est l’État qui va reprendre la main sur les négociations en se posant cette sempiternelle question : que faire pour réduire le taux de chômage ?

Changer le système d’assurance chômage pour un système d’indemnisation dégressive ou de contreparties comme le suggérait le Premier Ministre il y a quelques jours, peut-il résoudre le problème ? N’est-il pas plus confortable de vivre au chômage, profitant de “deux ans de vacances payées par l’État” comme l’expliquait Christophe Castaner ? Ne faudrait-il pas surveiller davantage les bénéficiaires des allocations chômage pour éviter les abus ?

Claire Vives, sociologue rattachée à l’IDHES, chercheuse au Centre d’études de l’emploi et du travail, répond aux questions des Idées Claires.

La France est-elle trop généreuse avec les chômeurs ?

” Non, on ne peut pas dire que la France est trop généreuse avec ses chômeurs, moins d’un chômeur sur deux est indemnisé aujourd’hui. L’indemnisation médiane c’est 950 euros, donc ça veut dire qu’il y a 50% des chômeurs qui gagnent moins de 950 euros.”

Le chômage, c’est deux ans de vacances payées par l’État ?

” Vous ne méritez pas une indemnité mais vous êtes indemnisé parce que vous avez cotisé. En fait, le chômage en France c’est un système assurantiel. C’est-à-dire que quand vous êtes salarié, vous cotisez et ensuite lorsque le risque chômage survient pour vous, à ce moment-là vous pouvez être indemnisé de manière proportionnelle à votre ancien salaire. Si vous avez moins de 55 ans ce sera au maximum 2 ans mais il faut avoir en tête que pour une grande partie des demandeurs d’emploi, 66% ne vont pas à la fin de leurs droits.”

Mais c’est plus confortable d’être au chômage que de travailler ? 

” Non ce n’est pas plus confortable, d’ailleurs on ne peut pas vraiment opposer les situations de chômage et de travail puisqu’il y a une personne indemnisée sur deux qui travaille et un chômeur inscrit à Pôle Emploi sur 3 qui travaille.”

Si l’indemnisation était dégressive, les chômeurs trouveraient plus vite du travail ?

” La dégressivité des allocations, c’est le principe selon lequel au bout d’une certaine durée de chômage votre indemnisation va diminuer. L’idée sous-jacente derrière, c’est de dire que parce que l’indemnisation diminue, vous allez faire des efforts plus importants pour rechercher un emploi. Sauf que dans les faits, les études montrent que ce n’est pas le cas. Entre 1992 et 2000, le système de la dégressivité existait en France, on n’a pas constaté cet effet d’un retour à l’emploi plus rapide.”

Certaines personnes ont des indemnisations de plusieurs milliers d’euros…

” Vous êtes indemnisé de manière proportionnelle à votre ancien salaire. Il y a un plafonnement en France qui est autour de 6 300 euros mais ça ne représente que 0,02 % des allocataires. Les cadres, donc les personnes qui perçoivent des salaires importants, cotisent plus que ce qu’ils ne reçoivent comme prestations. Donc si on plafonne l’indemnisation, on va aussi plafonner la cotisation et donc pour l’assurance chômage, ça ne va pas du tout être un calcul favorable.”

Les chômeurs pourraient travailler un peu dans le social en contrepartie ?

” Cette question de la contrepartie qui supposerait que vous avez besoin d’une contrepartie parce que vous ne chercheriez pas effectivement un emploi, elle laisse de côté le fait qu’il n’y a pas forcément d’emploi disponible qui corresponde à vos qualifications et à ce que vous recherchez. Le problème de faire travailler gratuitement les chômeurs ou contre indemnisation c’est que vous faites réaliser un service social par des chômeurs et non par des professionnels et donc c’est une forme de travail gratuit ou sous-rémunéré.”

Les chômeurs sont très peu surveillés donc ils peuvent partir en vacances ?

” Non, ce n’est pas vrai. Vous avez des contrôles qui ont été renforcés ces dernières années. Ce qu’on a vu c’est que 85% des chômeurs cherchent effectivement un emploi, et dans les 15% qui n’étaient pas en recherche active d’emploi, une grande partie ne sont pas indemnisés. Et il ne faut pas négliger l’existence de chômeurs découragés, c’est-à-dire l’existence de personnes qui cherchent depuis longtemps un emploi et qui ne trouvent pas d’emploi qui corresponde à leurs qualifications. Donc la réponse à ces personnes-là c’est plus un accompagnement plus important que des sanctions plus importantes.”

S’ils refusent deux offres d’emploi les chômeurs perdent leur indemnisation, ça favorise le retour au travail ?

” Dans la plupart des cas, les demandeurs d’emploi ne se voient pas proposer deux offres qui correspondent à leurs qualifications. On est à moins de 1% de personnes qui ont été radiées parce qu’elles ont refusé deux offres d’emploi.”

Mais si on met plus de pression sur les chômeurs ils vont trouver un emploi plus vite ?

” L’augmentation du contrôle, comme la dégressivité, ça conduit les personnes à être dans des situations financières et morales de pression et donc à prendre n’importe quel emploi ou en tout cas à ne pas attendre de trouver l’emploi qui correspond vraiment à leurs qualifications ou à ce qu’elles recherchent, et donc elles vont rester moins longtemps sur ces emplois.
Donc ce n’est pas favorable pour les entreprises puisqu’il va y avoir un turnover plus important.”

Les chômeurs français coûtent-ils plus cher qu’ailleurs ? 

” Non, on ne peut pas dire que les chômeurs français coûtent très cher. L’accompagnement comme l’indemnisation sont en grande partie financés par les cotisations donc ce sont les salariés eux-mêmes qui se financent leur accompagnement lorsqu’ils sont au chômage. Par rapport aux autres pays européens, le taux d’encadrement, c’est-à-dire le nombre de conseillers par personne au chômage est plus faible que dans de nombreux pays européens.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :