Un “ID” déçu

Christophe Lépicier Paris, le 6 Novembre 2018

A l’attention de Coline Maigre – Association France Insoumise – « Coordination des groupes d’action » –
Lettre Recommandée A/R

Bonjour Madame,

J’ai pris connaissance le Jeudi 1er Novembre du courrier non daté et non signé que vous avez adressé par
courriel à mon attention.
Cette lettre appelle de ma part les commentaires suivants :

1. J’ignore par quel moyen vous vous êtes procuré les informations qui soutiennent vos allégations,
ainsi que le fichier du Collectif Insoumis Démocrate auquel vous faites allusion qui contient mon adresse
mail et celle des autres membres de ce Collectif, mais en tout état de cause je vous précise qu’une large
partie des affirmations contenues dans votre courrier, sont fausses.

2. Votre troisième paragraphe précise que « les compétitions internes, les conflits de personnes et les
affrontements de courants n’ont pas leur place au sein de la France insoumise » , et vous nous reprochez
d’agir « comme un groupe structuré, se dotant d’instances et communiquant publiquement ».
Je vous rappelle que je ne suis pas membre de La France Insoumise, puisque ma demande d’adhésion
adressée en recommandée A/R en février 2018 n’a fait l’objet d’aucune réponse.

3. Vous m’annoncez à la fin de votre courrier le ‘retrait de la plate-forme de la France Insoumise’.
Ce ‘retrait’ n’a aucun sens, puisque je continue, comme je suppose de nombreux sympathisants dont les
adresses mail ont été collectées dans vos fichiers, à recevoir des courriels de demande de participation aux
actions du parti France Insoumise : pour exemple, ci-après le mail reçu le mardi 6 novembre à 13h36.
Ces gesticulations dialectiques n’ont pour but que de vouloir faire croire, comme vous l’avez maintes fois
communiqué publiquement, que La France Insoumise aurait plusieurs dizaines / centaines de milliers
d’adhérents, alors même que cette qualité est réservée à un nombre extrèmement limité de personnes
quasiment toutes issues du Parti de Gauche, qui en désignent seules les responsables, votent les budgets et
décident des orientations politiques.

4. Vous refusez la démocratie aux militants et aux candidats de la France Insoumise.
Vous ne voulez aucun débat interne ni vote au sein du parti France Insoumise sur ses dirigeants, ses
budgets, ses orientations politiques, ce principe de débat et de votes sur ces sujets (dirigeants, budgets,
orientations), étant très exactement à l’origine même de la naissance du Collectif Insoumis Démocrate
dont l’existence semble vous poser problème.
Votre refus est strictement contraire aux statuts mêmes et textes fondateurs de l’association La France
Insoumise, déposés en sous-préfecture de Palaiseau le 23 Décembre 2016, qui précisent adresser
explicitement (cf article 2), le « regroupement de celles et ceux qui font le choix d’une France Insoumise
et d’un Avenir en Commun » , et sur le programme associé (« AEC ») qui repose entièrement sur le
concept de démocratie, premier titre de son premier thème : ‘l’Urgence Démocratique’.

5. Vous refusez la transparence aux militants et aux candidats de la France Insoumise.
Par leur temps et de leurs dons, ce sont eux qui ont permis conformément à la loi de 1988 sur le
financement de la vie politique, par les votes recueillis par la centaine de candidats LFI aux élections
législatives de 2017, un financement direct annuel d’argent public à hauteur de 3 751 173 € *
(soit sans doute la plus grande partie du financement de LFI, la part complémentaire annuelle versée au
titre des 17 représentants parlementaires LFI élus -là encore grâce à leur soutien- n’étant que de 671 049 € *).
Toutes ces sommes sont dûment versées à l’Association France Insoumise qui « a pour but de regrouper
les soutiens de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2017 et celles et ceux qui font le choix
d’une France Insoumise et d’un Avenir en Commun ! », sur laquelle ils n’ont la possibilité d’exercer aucun
droit de regard ni encore moins une quelconque expression ou -encore moins- contrôle.

6. Les menaces voilées et des accusations explicites qui sont contenues dans votre courrier
m’interpellent quant à la finalité réelle de votre réaction, dont je ne peux pas imaginer qu’elle ne soit
qu’un acte isolé et dont il est manifeste qu’elle s’inscrit dans une démarche volontaire plus globale de
refus catégorique d’information et de consultation de ceux là même qui -selon vos propres dires répétés
à loisir-, constituent de fait l’Association, pour l’élection de ses responsables, pour le vote de ses budgets
et pour le vote de ses orientations politiques..
Mais qu’avez-vous donc à cacher ?

7. Au-delà de la dérive idéologique très inquiétante que révèle ce mode de fonctionnement, qui relève
beaucoup plus des valeurs traditionnelles de l’extrème droite que des valeurs de gauche que vous vous
targu(i)ez de défendre, je juge insupportable la forme d’escroquerie que vous manifestez vis-à-vis des militants.
Pour mémoire, je vous en rappelle la définition selon l’Article 313-1 du code Pénal :
« L’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité
vraie, soit par l’emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la
déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien
quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. »
L’escroquerie est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende.

Salutations,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :