Édition spéciale Gilets Jaunes : Tous ensemble !

Les Gilets font rire jaune la Macronie !

Quelle situation politique

et sociale, après l’acte III ?

Paris s’embrase, paroles de gilets jaunes, macron à l’heure du choix, salah hamour

Gilets jaunes, la répression, ruralité et quartiers populaires, la conver-gence, syndicats

Comment les gilets jaunes ringardisent les syndicats

Depuis le 17 novembre, des hommes, des femmes, des jeunes, des retraités ont pris les ronds-points qu’ils ont occupés, pour un bon nombre, nuit et jour. Blocage total de la circulation, puis ralentissement et très vite blocage des services des impôts, occupation des péages d’autoroute et passage gratuit, blocage des centres distributeurs des grandes surfaces, paralysie des dépôts de carburant.

 

Pour la majorité de ces citoyens c’était leur première fois et très vite on a compris que ça n’était ” pas pour de rire “, mais au contraire que le mouvement citoyen s’installait. Des incidents ont eu lieu et, malgré la dramatisation des médias qui passaient en boucle des bousculades, des comportements pas très sympas, des accidents, les gens ont soutenu de plus en plus le mouvement qui, bien que protéiforme, prenait de la consistance, s’organisait, se structurait plus ou moins bien, au grand dam de la Macronie qui billait sur le pourrissement.

 

Des délégués sont apparus. Ils ont été baptisés porte-parole pour bien signifier que c’est tous ensemble que les décisions étaient prises et ainsi les revendications étaient portées aux pouvoirs publics, en excluant toutes négociations puisqu’il n’y avait pas de chefs.

 

Oui, il y a des hoquets. Est-ce étonnant ? si on mesure ce qui vient de se passer en même pas un mois, non c’est dans l’ordre des choses, d’autant que les Gilets Jaunes sont multiples et comptent dans leurs rangs : bon nombre d’abstentionnistes, beaucoup (la majorité) de citoyens dont c’est leur premier engagement !

 

Ce mouvement est apparu soudainement, sans que personne n’ait pu le prévoir et, d’emblée il a affirmé sa volonté d’être totalement indépendant et a dénoncé par avance toute récupération. C’est sans doute pour ça qu’il s’est autant affirmé. Nous avons à tirer les enseignements de cette volonté tenace qui va jusqu’au dégagisme et à la disqualification des élus. Au lieu de rejeter ce phénomène, nous devons le positiver, car effectivement il traduit la défiance grandissante des gens. Défiance tant à l’égard des personnalités politiques que des responsables syndicaux.

 

Tous ces citoyens silencieux jusque là nous crient leur désespoir de ne pas exister, de ne pas être entendus, de ne pas pouvoir croire à quelque idéal que ce soit ! Ils nous disent : « Ne nous prenez pas pour des imbéciles, nous sommes capables aussi de nous défendre sans intermédiaires et nous allons renverser la table : tant que vous ne reviendrez pas sur terre, nous resterons là sur les ronds-points, dans les rues, nous bloquerons l’économie jusqu’à ce que vous cédiez vraiment ! ». Ce cri est constructif, car ce qui est demandé est juste et réfléchi et on se surprend à y retrouver des propositions émises par des partis, des mouvements. Ainsi, par exemple, la revendication d’une Assemblée Populaire ressemble à s’y méprendre à la nécessité d’une Sixième République contenue dans le programme des Insoumis : “L’Avenir en Commun”. Ainsi l’exigence de revenir sur l’annulation de l’impôt sur la fortune. Ainsi sur la redirection des crédits consacrés auCICE pour financer les mesures sociales. Ainsi la traque aux infractions fiscales, aux capitaux délibérément dissimulés dans les paradis fiscaux pour augmenter significativement le SMIC, le faisant passer à 1300 €. Et la liste est longue…

 

C’est donc finalement un message d’espoir qui est envoyé par les Gilets Jaunes. Il concerne le peuple et veut le bien de tous. Quoi de plus légitime ? Quoi de plus juste ? Et ne refaisons pas ici la longue litanie des privilèges monstrueux d’un tout petit nombre de nantis, ni la dénonciation des détournements d’argent public par les entreprises du CAC 40 qui, grâce au laxisme des pouvoirs successifs, ont augmenté odieusement les dividendes de leurs actionnaires pour aggraver plus encore la spéculation qui prive la Nation du bénéfice des incroyables profits ainsi engendrés !

 

Les Français ne sont pas dupes de la confiscation des biens publics par le biais des privatisations, de la vente d’une partie du patrimoine. Ils en ont assez que Bruxelles nous prive de plus en plus de notre capacité à décider et que “l’Europe” nous impose des décisions qui nuisent à notre pays.

Ils ne peuvent plus supporter que l’on décide unilatéralement de ce qui doit être bon pour eux ou pas bon pour eux. Ils veulent avoir une prise réelle sur le cours des évènements. L’expérience qui est la leur, à présent, est que tant que ce sont les hors sol qui décideront, ils sont sûrs d’être perdants. Désormais, il faut compter avec eux !

La caste au pouvoir n’entend rien et n’a qu’un objectif : continuer à marche forcée les réformes demandées par la grande finance qui a installé Emmanuel Macron à la tête du pays. Cette intransigeance se manifeste par le mépris ouvertement affiché du Président et par des déclarations soit expéditives, soit formulées dans un langage totalement inaccessible aux citoyens.

Enfin, la pression de l’Europe très bien supportée par Emmanuel Macron, bloque toute possibilité de progrès dans la politique sociale du gouvernement français. Les instances de la Vème République qui accorde tous les pouvoirs à un seul hommeont vécu et de plus en plus les Français aspirent à une VIème République qu’ils qualifient d‘Assemblée Populaire, souvent à la place d’un Sénat considéré comme inutile.

Je contribue au forum ‘Les ID et les mouvements citoyens’ ?
Un mouvement citoyen
de la France silencieuse

Le “gilet jaune” Jean-François Barnaba au micro de Léa Salamé

La grande Explication avec Ingrid Levavasseur, Eure, Aide Soignante

La grande Explication avec Claire O’Petit et Romain Goupil

Le fait nouveau de ce mouvement est qu’il émane directement des citoyens, sans filtre. Il est totalement spontané, donc forcément hétéroclite. Tous les sociologues s’accordent à dire qu’il concerne particulièrement les habitants des zones péri-urbaines parmi lesquels on retrouve beaucoup d’abstentionnistes, mais aussi des sympathisants de tous les partis. Beaucoup déclarent qu’ils sont apolitiques et ne veulent être récupérés par personne. Il n’empêche que l’extrême droite tente de se positionner pour bénéficier de cette véritable colère populaire.

Les voix s’élèvent avec force et détermination et prennent la place de la résignation et de l’indifférence. Tous disent combien la situation est devenue insupportable et combien ils ne tolèrent plus l’injustice qui va grandissant. Cette fois, ils ne lâcheront pas ! À leur tour, ils pratiquent le dégagisme et ne veulent plus des « professionnels de la politique » et remettent en cause la République de fond en comble.

Ce réveil de la France silencieuse se fait dans le désordre, car l’écrasante majorité des Gilets Jaunes n’a jamais manifesté, ne s’est jamais impliquée dans des grèves et n’a jamais, déçue qu’elle est des corps intermédiaires, adhéré à un syndicat. Les conséquences sont qu’il y a de grandes difficultés à trouver des leaders, des responsables, du fait même que tous ne veulent surtout pas des modes d’organisation du « système ». Mais ils apprennent vite et, malgré eux, des vraies personnalités apparaissent sur les plateaux de
télévision. Petit à petit un catalogue des revendications très structuré a été mis au point. On y retrouve les revendications salariales, sociales, de démocratie participative, de changement de République, etc… Le tour de force réalisé met le gouvernement en difficulté, car il ne sait pas répondre à la masse des citoyens.

 

Pourtant, qu’ils le veuillent ou non, ils font de la politique et de la bonne politique, dans le sens qu’elle n’est pas politicienne ! Ils veulent que ça change vraiment et que l’on mette des garde-fous pour ne jamais risquer d’aller à rebours.

Je contribue au forum ‘Les ID et les mouvements citoyens’ ?

Les cahiers de doléances

Maxime Nicolle et Priscilla Lukosky, deux des porte-parole des gilets jaunes

Gilets Jaunes – La Grande Explication Questions/Réponses à Emmanuelle Wargon (secrétaire d’État à l’écologie)

La parole aux gilets jaunes « on nous a jeté des miettes »

« Gilets jaunes » : on a décortiqué chacune
des 42 revendications du mouvement

Taxes sur les carburants, Smic, SDF… Les revendications des « gilets jaunes » se nourrissent d’idées venant de tous les partis politiques.

Par L’Obs

« Zéro SDF, abandon du prélèvement à la source, augmentation du smic… Les revendications des “gilets jaunes” dépassent largement le seul prix du carburant. Dans un (très) long communiqué envoyé à quelques médias et aux députés, les “gilets jaunes” ont couché noir sur blanc leurs “directives du peuple”. Ils demandent aux élus de les “transposer” en lois.

Elles sont issues, disent-ils, d’un sondage mené sur plusieurs groupes de soutien au mouvement. 30.000 personnes y auraient pris part. Logement, fiscalité, retraites… “L’Obs” fait le point sur ce que réclament les “gilets jaunes” (en gras), mais analyse également chaque revendication et ce qu’en pense le gouvernement. »

Le catalogue des 42 revendications des “Gilets jaunes”

Députés de France, nous vous faisons part

des Directives du peuple pour que

vous les transposiez en LOI

  • Zéro SDF : URGENT.

  • Impôt sur le revenu davantage progressif (plus de tranches).

  • SMIC à 1300 euros net.

  • Favoriser les petits commerces des villages et centres-villes. (cesser la construction des grosses zones commerciales autour des grandes villes qui tuent le petit commerce.) + de parkings gratuits dans les centres-villes.

  • Grand Plan d’Isolation des logements. (faire de l’écologie en faisant faire des économie aux ménages).

  • Que les GROS (Macdo, Google, Amazon, Carrefour…) payent GROS et que les petits (artisans, TPE PME) payent petit.

  • Même système de sécurité social pour tous (y compris artisans et auto-entrepreneurs). Fin du RSI.

  • Le système de retraite doit demeurer solidaire et donc socialisé. (pas de retraite à point).

Nous y voilà, malgré les hésitations, les contradictions, l’inexpérience et toutes les vaines manœuvres des merdias et du pouvoir en place, les citoyens français montrent une nouvelle fois que rien n’y fait : quand on est en colère, on arrive à se rassembler et à formuler plutôt très bien les revendications qui concernent tout le monde.

Cette fois, pas de doute, c’est bien la base, ceux que l’on n’entend jamais, qui ont construit ce cahier de doléances. Il ne vient pas d’en haut et, comme dirait quelqu’un à talonnettes, “cette fois c’est du sérieux” ! C’est de l’horizontal pur jus et s’il a fallu un peu de temps, c’est sans doute parce que l’organisation ça ne s’invente pas et l’auto-organisation est d’autant plus floue qu’elle est gazeuse. Ce serait bien qu’on y réfléchisse lors de la Convention de Bordeaux de La France Insoumise

Tout n’est pas encore gagné, mais ne doutons plus un seul instant que de tout çe bouillonnement vont émerger des personnalités capables de porter le mouvement des Gilets Jaunes, de le coordonner et ainsi le porter au maximum de sa puissance. La perspective d’une vraie prise du pouvoir par les citoyens est aujourd’hui crédible !

Tout aura été fait pour contraindre le mouvement à s’arrêter, y compris en se saisissant honteusement du drame de Strasbourg ! Et bien, ça ne fonctionnement heureusement pas… C’est dire la maturité des Gilets Jaunes ! Nous pouvons garder la tête haute et à présent, c’est ‘Jupiter’ qui ne peut plus différer les vraies réponses, faute de quoi il va se voir confronter à une sacrée cohabitation qui sera la conséquence logique de la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Je contribue au forum ‘Les ID et les mouvements citoyens’ ?
Acte IV, vers l’acte V

Formidable “Fil d’Actu” sur les perspec-tives ouvertes par les Gilets Jaunes

Gilets jaunes : la vérité sur les  casseurs

17 novembre / gilets jaunes : tout comprendre

On attend énormément de la formidable détermination des Gilets Jaunes qui pousse les corps intermédiaires dans leurs retranchements et qui les obligent à les prendre en compte tels qu’ils sont. Il faudra bien se mettre autour de la table et bien redéfinir les rôles.

C’est passé inaperçu, mais les 42 propositions des GJ, synthèse réalisée après consultation de 30 000 GJ, ont été présentées ainsi : « Députés de France, nous vous faisons part des Directives du Peuple pour que vous les transposiez en LOI » Si on lit bien, cela veut tout simplement dire : « À nous le cahier des charges revendicatif, à vous les politiques d’en faire votre feuille de route. » Oui ils ont enfin compris la puissance du Peuple qui doit détenir le vrai pouvoir de décision ! C’est une avancée considérable de la conscience de classe qui renait, par petits bouts. Il ne reste plus qu’à les agréger. Pour se faire, il faut établir un vrai contrat public avec les organisations syndicales et les partis et mouvement politiques. Le temps de l’hégémonie des professionnels de la politique et de la défense des travailleurs est révolu !

C’est vous les Gilets Jaunes qui détenez les clés. C’est vous qui êtes en position de changer profondément la vie démocratique de notre pays. Ne rejetez pas les corps intermédiaires, les corps constitués, mais marquez-les au fer rouge, afin qu’ils ne puissent plus revenir en arrière et qu’ils soient désormais les serviteurs éclairés du Peuple. Vous rentrez dans l’Histoire : soyez-en FIERS !

C’est sur cette base que nous avons besoin de tous les camarades pour gagner la partie : https://insoumisdemocrates.fr/

Je contribue au forum ‘Les ID et les mouvements citoyens’ ?

Pour conclure provisoirement

L’acte IV a connu la prise de parole jupitérienne de treize minutes, réduite à une contrition minimale et balbutiante et à l’exposé de fausses propositions qui ne touchent pas à l’essentiel. La semaine qui a suivi a été l’occasion d’insister lourdement sur les violences perpétrées principalement par des casseurs. Les médias s’y sont attardés en passant et repassant les images les plus dures . Il s’agissait de faire peur, de discréditer les Gilets Jaunes et donc de servir la soupe à Macron et à son gouvernement aux abois. Ne nous ‘y attardons pas plus puisque tout a été dit, y compris les longues explications sur la théorie du complot, à propos des responsabilités du pouvoir dans le surgissement des commandos de casseurs patentés ou dans l’exploitation odieuse de l’attentat de Strasbourg.

De ce dernier point de vue, il est sans doute utile de préciser que dans notre histoire, nous avons nombre de cas où il a été mis en évidence le rôle de la manipulation psychologique qui conduit au même résultat que si des groupes avaient été missionnés directement par le ministre de l’intérieur. À partir de ce moment, il ne s’agit plus de théorie du complot : ce sont des faits. En est-il ainsi, actuellement ? Nul ne peut le dire, mais cette possibilité existe et il est inutile de faire passer les citoyens pour des imbéciles décérébrés et ignares !

Toujours est-il que ces violences ont bien “arrangé” le pouvoir qui peut à, l’envi appuyer sur le bouton émotion-peur-réprobation pour annihiler les prétentions des citoyens. C’est si vrai que le gouvernement, suivi par nombre de mous du genou, s’est saisi honteusement du drame de Strasbourg pour demander aux Gilets Jaunes de ne pas manifester samedi 15/12, au nom de la sécurité par rapport aux terroristes !

La ficelle est un peu grosse, mais elle a sans doute fonctionné en partie… Et les médias de se répandre partout en démonstration de “l’essoufflement du mouvement” avec sondages et courbes comparatives à l’appui ! Astucieusement, ils ne manquent pas d’écarter la défaite des Gilets Jaunes (ce qui est une évidence) et attirent de plus en plus l’attention sur une revendication qui ressortirait plus que les autres : le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC). À les entendre et à les lire ce serait LA revendication suprême sur “le fond” comme ils disent, alors que jusqu’à présent, ils ont laissé de côté, tout ce qui était revendications au niveau de la démocratie, de l’Assemblée populaire (qui rappelle sans doute un peu tropla proposition de la Sixième République de LAEC !).

Pourquoi, brutalement cette nouvelle approche ? Parce que c’est un point sur lequel le gouvernement hollandiste s’était déjà penché et qu’il a laissé le projet du RIC en plan, au milieu du gué, en mettant le projet au congélateur. Ils avaient bien pris soin auparavant de prévoir des dispositions qui le rendraient suffisamment drastiques pour écarter tout risque de mise en œuvre ! Nul doute que l’actuel gouvernement et sa majorité godillots sont dans le même état d’esprit. Ça ne coûte pas cher et ça permet le dialogue style “blabla” : on change tout et on continue comme avant ! Dans cette optique, la Sixième République, il n’en est jamais question. On lui préfère un aménagement de la cinquième

Pour autant, il ne s’agit pas de négliger ou d’ignorer cette aspiration à plus de démocratie sociale, mais encore faut-il bien fixer le cadre :

  1. Constituante,
  2. Suppression du Sénat
  3. RIC assorti des conditions de mise en œuvre qui garantissent la faisabilité de cette démarche,
  4. Droit de révocation des élus

Il ne s’agit pas non plus de ne pas aller plus loin sur les autres revendications, à commencer par les mesures à prendre par rapport à l’évasion fiscale, l‘ISF, le CICE qui permettront largement de financer les mesures sociales, sans encore une nouvelle fois taper dans la caisse fiscale comme pour la soi-disante augmentaion du SMIC !

Le temps est toujours donc à la lutte et les gilets Jaunes ne manquent pas de le faire savoir. En effet, ils s’organisent de plus en plus et se préparent à une occupation du terrain revendicatif plus diversifiée, plus dure encore en s’attaquant plus encore à l’économie. L’objectif n’est-il pas de paralyser le pays ? De bloquer les institutions ? D’étrangler les entreprises du CAC 40 ? Ce sont ces pistes qui sont explorées par le Gilets Jaunes et ne doutons pas qu’elles vont dégager des modalités d’action nouvelles.

Les Insoumis, respectueux de l’autonomie des Gilets Jaunes mais toujours à leurs côtés, seront en première ligne pour que le Peuple puisse enfin accéder à ses justes prérogatives.

Les membres du Comité Provisoire des ID : Lucia, Patrick, Christophe, Ivan, Jean-Michel

Je contribue au forum ‘Les ID et les mouvements citoyens’ ?

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :